Trouville-sur-Mer J'ai testé pour vous la patinoire provisoire

La patinoire installée depuis quelques jours m’intriguant de plus en plus, j’ai décidé d’aller y faire un tour. Histoire de voir si patiner est aussi facile que ça...

18/02/2014 à 10:42 par Sophie Quesnel

Patins, gamelles et pingouins...
Patins, gamelles et pingouins...

Une dernière cigarette avant la bataille, je me lance pleine de confiance vers la patinoire ou s’agitent une dizaine d’enfants surexcités. J’avais oublié le paramètre vacances scolaire. 11 heures du matin un lundi était synonyme de solitude et de grandes marges de manœuvre pour pouvoir se vautrer si besoin est, c’est d’ailleurs pour ça que j’ai accepté ce test. Maintenant il est trop tard pour reculer. À l’accueil, le responsable me donne des patins, je m’installe pour les mettre sous une petite tente prévue à cet effet. Je les enfile, ils ne sont pas fermés et j’ai déjà mal aux pieds. À la fois durs et trop larges. Je n’ai pas fait de sport depuis à peu près 100 ans et j’ai la condition physique d’un fumeur de gitanes de 70 ans. Les enfants hurlent et je me mets à penser à mon col du fémur, il n’y a pas que chez les personnes âgées que ça se casse, non ?

Mon pingouin, ma bataille

J’entre péniblement sur la glace, si des gamins de 8 ans y arrivent je peux le faire. Les premiers pas sont apocalyptiques, je glisse en avant puis en arrière, plus aucun équilibre. Je prends pleinement conscience de l’existence de la gravité. Heureusement un petit pingouin en plastique sur des skis armé de poignées me souriT. Je l’attrape et commence à avancer péniblement mais sûrement, pliée en deux sur mon pingouin. Ridicule mais sur mes deux pieds. Les regards moqueurs de charmantes petites têtes blondes commencent à peser. C’est un défi ? Ok. Je lâche mon pingouin, lui dis Adieu, et m’accroche à la barrière. Les enceintes crachent du Katy Perry et une colonie d’enfant me double sans ménagement. Je lâche ma barrière chérie, mon nouveau pilier et commence à patiner. Je me sens pousser des ailes, une soudaine sensation de liberté m’envahit et c’est le drame. Mes pieds restent scotchés au sol et mon corps part en arrière. Heureusement, la barrière n’est pas loin. Je ne perds pas espoir et repars.

Surya Bonaly, sors de ce corps

Après quelques tours je me détends et commence à me sentir à l’aise. C’est là qu’une fillette d’une dizaine d’années me dépasse et telle Surya Bonali, s’élance à toute vitesse, souple comme du chewing-gum et gracieuse sur ses patins. Elle arrive même à patiner en arrière tout en me regardant d’un air condescendant. Je ne vais pas me laisser faire. J’enchaîne les tours de piste, de plus en plus vite, de mieux en mieux. Pour à la fin passer en plein milieu de la patinoire sans même penser aux barrières. Je me rends soudain compte que la fillette est partie, je suis officiellement la nouvelle reine de la piste et tout ça en 20 minutes. Philippe Candeloro m’aurait adoré.

Anne-Charlotte DANCOURT

Trouville-sur-Mer, 14

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Lisieux - Samedi 25 févr. 2017

Lisieux
Sam
25 / 02
10°/1°
vent 18km/h humidité 90%
Dim11°-6°
Lun8°-4°
Mar7°-3°
Mer10°-4°

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne
Résultats sportifs de votre région
Go

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter